Téléphone:+41 24 472 77 77 Email: info@satomsa.ch

Investissements de taille

21 JUI

Investissements de taille

Deux ans de travaux. C’est le temps qu’il faudra à la Satom pour assainir sa fosse. Ce chantier terminé, elle arrivera au terme de la rénovation des bâtiments construits en grande partie il y a quarante ans. Reste qu’en raison de la nouvelle ordonnance sur la limitation et l’élimination des déchets (OLED), «la société se voit dans l’obligation de poursuivre d’importants investissements», note le directeur Edi Blatter. Qui les a détaillés hier à l’assemblée générale: «La récupération du phosphore dans les boues d’épuration sera obligatoire dans dix ans. A moins de le faire directement dans les step, nous devrons construire un four spécifique pour ce traitement.»

La même ordonnance contraint l’usine chablaisienne à mettre un terme au lavage neutre de ses cendres pour une stabilisation au ciment et à leur mise en décharge à Oulens-sous-Echallens. «Elle exige la récupération du zinc propre à 99,99% dans les cendres volantes.» Techniquement, le mécanisme s’effectuera par électrolyse des boues d’hydroxyde issues du lavage acide des cendres.

Augmentation du prix de la tonne

Sur le site du Bœuferrant, l’investissement se montera à environ 10 millions de francs. «Le prix de notre traitement de la tonne augmentera de 10 francs pour passer à 110 francs. Nous resterons parmi les meilleur marché du pays, la moyenne étant à 148 francs, relève le directeur. Au lieu de se contenter de produits de moindre qualité, l’incinération de produits fossiles ou de biomasse à hauts rendements énergétiques se substitue peu à peu à la combustion de matière vierge. La qualité de récupération fera un bond en avant et notre rendement restera parmi les meilleurs de Suisse.»

Du côté du site de Villeneuve, les capacités de traitement ne sont pas à saturation. «Par contre, la qualité du tri des matières pourrait être améliorée et permettrait une meilleure production énergétique et de compost.» Président du conseil d’administration, Christian Neukomm souligne pour sa part que l’évolution de l’entreprise a convaincu le conseil d’administration de soumettre la forme actuelle de gouvernance à des audits pointus. Une assemblée extraordinaire à ce propos devrait se tenir en novembre prochain.

Ralliement à la taxe au sac

Depuis plusieurs mois, la Satom planchait sur un système de collecte des déchets respectant le principe du pollueur-payeur. Intitulé système de proximité, il prévoyait l’installation d’écopoints permettant le tri dans les quartiers.

«Nous n’avons pas su convaincre l’Antenne Valais romand et la majorité des communes valaisannes est favorable à la taxe au sac», a constaté hier le président Christian Neukomm. «Nous sommes dans la situation d’un bureau d’architectes classé deuxième dans un concours.» Au vu de cet état de fait, la SA a décidé de ne pas poursuivre le développement de son programme.

- Article du Nouvelliste du 17 juin 2016 par NM